Je vous parle de… la 25ème heure du livre

Un article pour vous présenter ce salon littéraire qui a lieu tous les mois d’octobre au Mans (72). Voici quelques petites choses des précédentes éditions du salons auxquelles je suis allé :

08 et 09 octobre 2016 : J’y ai retrouvé Sandra Martineau, Thierry Berlanda, les 2 François Xavier… Et j’y ai rencontré des auteurs que je n’avais pas encore vu en réel – et qui sont dans mes contacts Facebook  : Amédée MALLOCK et Sylvain Forge. Merci aux auteurs pour les discussions très intéressantes, pour leurs mots, leurs sourires et leurs rires. De jolis moments ! Merci à Cécile, Denise et Christelle pour leur agréable compagnie. J’ai pu rencontrer Régis de Sa Moreira, j’ai revu François Vallejo. Je suis repartie avec les acquisitions suivantes : « La nuit du Sacre » de Thierry Berlanda, le tome final de la trilogie, « Comme dans un film » Le nouveau roman de Régis de Sa Moreira, « Le parfum de soufre » de sylvain Forge, je vais découvrir – Et en croisant Jérôme Attal, je me suis laissée tenter par le roman de son voisin Arnaud Le Guilcher « Ric-rac« , « Le principe de Parcimonie » d’Amédée Mallock.

 

10 et 11 octobre 2015 : Rencontrer de Maureen Dor, je la reconnai… ancienne animatrice tv, elle est maintenant éditrice de livres pour enfants – Les Editions Clochettes. Déceptions : Laurent Binet, il ne sera là que demain, dimanche 11 octobre. Valentine Goby n’est pas là.et Agnès Martin-Lugand n’a pas pu venir. Puis direction les stands Doucet / Thuard, 2 grandes librairies du Mans  avec différents auteurs + auteurs auto édités… J’ai eu du mal à me repérer pour trouver les auteurs et les événements, je n’ai pas été la seule, le programme n’étais pas assez précis je crois où alors on n’a pas été perspicaces.  J’ai été très heureuse de croiser des auteurs que j’avais ultérieurement déjà croisé à ce salon et à d’autres salons littéraires.

Sam. 04 oct 2014 :  Nouveau lieu : Les Quinconces, les auteurs dans le théâtre et les association dans l’arrière cours.  En savoir +> Les auteurs présents THÉMATIQUE : Les peuples du fleuve Congo / Je repère très vite la place de l’auteur Olivier Adam dont je viens de lire le roman « Peine Perdue », durant l’attente, je discute avec l’auteur qui se trouve à coté Minh Tran Huy, elle me parle de ses romans avec un si joli sourire, on a du mal à se comprendre avec le bruit en résonance… Je lui prends l’un de ses romans – une envie de découverte –  Olivier Adam, on l’a attendu une bonne demie heure. Je croise Antoine Rouaud que j’avais rencontré lors des « Passerelles Fantasy Made In France » en avril 2014 à la bibliothèque de l’Espal au Mans (« La voix de la colère » Éditions Bragelonne). Plus loin je repère Sandra Martineau, auteure sarthoise de polar, j’avais beaucoup aimé ‘Promotion en enfer’, l’occasion de lui prendre son dernier roman « Les blessures du silence ». Plus loin, qui je vois… François Vallejo , il me dit écrire depuis 16 ans, enfin bien plus mais pas édité avant 🙂 Lisant son roman « Fleur et sang » en numérique.

12 et 13 octobre 2013 : J’ai pu saluer Sandra Martineau, auteure mancelle, je n’ai pas pu voir Valentine Goby. Le bilan : de jolies rencontres, 4 livres dédicacés. Le prix des Lecteurs du Maine Libre 2013 a été attribué à Valentine Goby pour « Kinderzimmer » (Actes Sud). Les dix jurés ont été émus par ce roman qui se déroule dans le camp de Ravensbrück. Sur ce lieu de mort, une pièce incongrue, la kinderzimmer, accueille les nourrissons. Les jurés ont salué ce texte sensible, écrit au plus près de la faible lumière qui éclaire ces ténèbres. Fidèle du salon du Mans, Valentine Goby a rappelé ce qui la rattache à la ville. « C’est par « Le Maine Libre » que m’arrive la bonne nouvelle pour « Kinderzimmer ». J’y suis d’autant plus sensible que je suis redevable au Mans de ma première rencontre émouvante. C’était avec les Bibliothèques pour yous qui m’avaient accordé leur Prix en 2006 pour « Antilope » et m’avaient invitée au Salon. Je garde le souvenir de leur accueil chaleureux, enveloppant et cette bienveillance, ce lien originel avec ses lecteurs ne s’oublie pas. Le prix me fait franchement très plaisir et qu’il soit accordé à ce livre-ci, m’émeut encore plus. ».

13 et 14 octobre 2012 : Au détour d’un stand je repère des livres qui me sont connus, les auteurs sont là derrière leurs livres, j’ai ainsi pu parler à Jean-Michel guenassia, qui m’a expliqué qu’il a mis 6 ans pour écrire ‘Le club des incorrigibles optimistes’ (Prix Goncourt des lycéens en 2009) et là 2 ans pour son dernier livre. Il m’a raconté d’un air passionné qu’il faisait des recherches et que cela prenait du temps, comme pour son dernier livre « La Vie rêvée d’Ernesto G. »où un docteur a de l’asthme, la ventoline n’étant pas inventée à l’époque où se déroule son roman, il a fallut qu’il recherche quel médicament était utilisé. Puis pas loin de lui, il y avait Gilles PARIS, la couverture de « Autobiographie d’une courgette » m’a attirée, je l’avais déjà vu ce livre et j’avais envie de le lire, l’auteur grand sourire m’a dit que cela parlait de drame mais du point de vue d’un petit garçon donc c’est plus léger..

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s