Les demoiselles de Beaune de Karine Lebert

Rhaaaa encore un trop joli roman de Karine Lebert et j’ai adoréééé !

Lecture : Juin 2017 –  397 pages – Sortie :  06 avril 2017 – Auteur : Karine Lebert – Editions Presses de la cité /Terres de France – Coup de coeur

19399611_10154709198733441_4764662011428237093_n

Balbine de Joinville est religieuse aux hospices nouvellement fondés à Beaune. Elle a choisi de s’enfermer en ces lieux, l’année de ses dix-huit ans, pour cacher la honte d’avoir été violée. Elle y est demeurée par passion pour les herbes médicinales – une passion qui nourrit un talent de thérapeute qu’apprécie le médecin Maric Lambert, attiré par cette religieuse singulière. Du viol, perpétré par son oncle dans le château familial, une petite fille est née, Jeanne. Elle est élevée par le jardinier, non loin de sa cousine Alix, seule héritière des Joinville. Bien qu’elles ignorent ce qui les lie, une forme de rivalité s’installe entre elles. Tout les oppose : Alix renonce à un grand amour pour faire un mariage de prestige ; Jeanne devient chef d’une bande de brigands et disparaît peu à peu de la mémoire de ses proches. Jusqu’au jour où une blessure plus grave que les autres la conduit aux hospices de Beaune…
Balbine, Alix, Jeanne : trois destins de femmes s’entremêlent pendant un demi-siècle comme les fils de laine d’une tapisserie chatoyante, tableau fidèle de la vie quotidienne dans les hospices de Beaune à leur apogée.

L’avis de Sybelline

Merci aux Éditions Presse de la Cité et à l’auteur Karine Lebert.

C’est encore une merveilleuse histoire que celle-ci, ce n’est pas étonnant que le livre reçoive des prix littéraires, c’est entièrement mérité. Quelle jolie préface de Michel de Decker.

 Je ne connaissais pas l’historique des Hospices de Beaune, c’est passionnant ! L’auteur nous fait assister à la pose de la première pierre de l’édifice, puis à sa construction et à son inauguration, on y apprends ensuite son fonctionnement.

On a l’impression de traverser les années au sein de ces Hospices.

Balbine ? Quelle femme ! toute de forces et de faiblesses – il en est de même des autres personnages féminins du roman – malmenées par la vie et pourtant si volontaires, si… dans une époque où la femme dépendait du mariage qu’on avait décidé pour elle.

Une époque où la beauté, le rang et l’honneur comptait bien plus que les sentiments… Soit belle, garde ton rang, soit docile et tais-toi ? ou presque…

Les hommes de ce roman n’ont pas le beau rôle,  ils détournent ces belles mais en même temps les fait ‘grandir’, s’émanciper… les revirements de situation sont waouuu dans ce roman, on pousse des : ah oui ? oh ? oh non ? pas possible ? …

Que d’intrigues, que de secrets… Il y a même un petit côté « les oiseaux se cachent pour mourir » … enfin j’ai trouvé à un moment… mais chut !

Le lecteur est malmené… Ce roman m’a émue, il y a des passages très durs,  j’ai été horrifiée et j’ai pleuré à bien des moments.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s